Les mânes des ancêtres refusent la modernité

Article : Les mânes des ancêtres refusent la modernité
6 novembre 2012

Les mânes des ancêtres refusent la modernité

Les prêtres traditionnels, les chefs de cantons de la préfecture de la Kozah au Togo, portent à la connaissance des filles et fils du milieu les décisions qui ont récemment sanctionné, la réunion des garants des us et coutumes de la région. Explication.

Les ressortissants togolais originaires de la préfecture de la Kozah (nord du pays) savent dorénavant à quoi s’en tenir en matière d’obsèques et de funérailles. Pas de tapage, pas de cérémonies ruineuses. Surtout que les mânes des ancêtres veillent au grain. Et s’opposent au modernisme. Sans autre forme de procès. En interdisant formellement l’utilisation des radios cassettes, des minis chaînes hi-fi pour la sonorisation ; des gigot de mouton, des plats de salade belle-vue ; de riz parfumé, de pattes de bœufs et autres au cours des cérémonies. Les oracles sont formels. Les sages prennent donc sur eux d’interdire tout abattage de bœufs ou autres bêtes conformément aux règlements traditionnels. Les mânes des ancêtres ont voulu mettre fin aux excès de table et aux victuailles pantagruéliques déversés dans la région lors des funérailles. Pendant que les populations souffrent, il est diabolique que ceux qui se disent en haut de l’échelle sociale, continuent par sacrifier tout un cheptel de veaux, vaches et bœufs, pour les obsèques de leurs parents. « Seules, les personnes ayant atteint 70 ans, soit dix « wassi », avant leur mort ont droit à la danse traditionnelle « So ». Les cérémonies funéraires doivent se dérouler d’une manière purement traditionnelle. La sonorisation : radio cassettes, mini chaîne DVD, est formellement interdite. Le repas autorisé : pâte de mil ou de mais accompagné d’un poulet ou d’une pintade. Tout autre repas, usage de riz accompagné de gigot de bêtes… sont interdits lors des funérailles. Ainsi que les grandes séances de beuveries.  L’orpheline étant en deuil dans la case de ses parents, elle ne peut sortir pour être portée sur les épaules par les gendres. Tout abattage de bœufs ou autre animaux est strictement interdit par le chef de canton, conformément aux règlements traditionnels », a dit l’oracle. Dont acte !

Partagez

Commentaires

assurance obseque
Répondre

pourquoi ils n'auraient pas simplement pas droit aux obsèques que veulent les défunts. un radio cassette peut etre tres utile pour diffuser une musique chere au disparu...

Perrine

babylas25
Répondre

Dans un contexte traditionnel africain la radio cassette est inutile puisque des musiciens traditionnels sont là et ne demandent qu'à compatir par solidarité en se produisant gratuitement...