Galerie

Un musée particulier en son genre

Le parc archéologique d’Agongointo à Bohicon au Bénin est un musée unique en son genre dans la sous région ouest africaine. Eu égard à l’importance de ses attraits culturels et touristiques nonobstant au lendemain de sa découverte inédite.
Le site archéologique d’Agongointo est découvert en 1998 par une entreprise danoise qui exécutait les travaux de construction de la route devant contourner la ville de Bohicon dans le centre Bénin. Au cours des travaux, l’une des machines de cette entreprise étant tombée dans un grand trou, les techniciens constatèrent qu’il s’agissait d’une œuvre humaine, digne d’intérêt pour le patrimoine culturel. Les autorités de la circonscription urbaine de Bohicon d’alors, du ministère de la culture et des hommes de médias furent alertés. Le site devint alors un point d’attraction pour les chercheurs, les responsables locaux et nationaux ainsi que les curieux de tous genres.
Après cette découverte inédite, les discussions ont commencées avec les partenaires danois qui ont accepté de financer les recherches sur le site. Avant toute chose, il fallait nécessairement connaître la nature des trous en question qui se trouvaient sur le site, leur fonction et leur histoire. Ces recherches ont été effectuées par deux équipes d’archéologues. L’une dirigée par le professeur Alexis Adandé de l’Université d’Abomey-Calavi du Bénin ; l’autre danoise, était placée sous l’autorité du professeur Klaus Randsborg de l’Université de Copenhague. Les travaux d’archéologie ont duré plus de quatre ans et ont abouti à des résultats qui seront mis à la disposition du ministère béninois de la culture pour exploitation.
Sur l’espace délimité pour les recherches archéologiques, 56 abris souterrains dont la construction remonte au 13 ème siecle ont été découverts.
Quid de l’exploitation des résultats des recherches archéologiques
L’exploitation s’est faite surtout à travers des travaux techniques relatifs aux dispositions à prendre pour la conservation des vestiges et leur mise en valeur. Trois documents techniques ont été élaborés à cet effet : un plan de conservation et de gestion, un projet architectural, un projet scientifique et culturel. La combinaison de ces documents a permis aux techniciens de la direction du patrimoine culturel de monter un programme de mise en valeur et de construire le musée à ciel ouvert, objet de toutes les curiosités et qui fait aujourd’hui la fierté des tous les acteurs impliqués dans cet ambitieux projet.
Le parc archéologique d’Agogointo, musée à statut municipal est géré par un personnel désigné par la Mairie de Bohicon et formé par la direction national du patrimoine culturel. Officiellement mis en service le 28 août 2008, le musée offre à voir des maisons souterraines équipées pour permettre aux visiteurs d’y entrer pour admirer le génie des ancêtres lointains qui les ont réalisées, des espaces sacrés et autels de vodou, une exposition des produits des fouilles archéologique dans un bâtiment en matériaux traditionnels. Il y a également un espace de divertissement pour enfants, des panneaux illustrés portant des informations sur les maisons souterraines, un jardin aux papillons où les danses et jeux de ces insectes plongent le visiteur dans une ambiance de gaieté sans pareille. De même, des espaces verts à l’état naturel avec des espèces végétales aux multiples fonctions, ainsi que des cérémonies de vodou, des loisirs traditionnels, ne manquent pas de forcer l’admiration des visiteurs sur le site.

The following two tabs change content below.
babylas25
Amateur de voyages, de grands reportages, inconditionnel des réseaux sociaux, le continent africain m'inspire tout particulièrement dans ma démarche journalistique. J'aspire à mieux comprendre les hommes et les structures qui les portent. Installé depuis quelques années à Johannesburg en Afrique du Sud, je me bats aux côtés de la diaspora africaine pour des lendemains meilleurs...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *