Galerie

Du pain, des conditions de vie et de travail meilleures aux peuples

Cinquante-deux ans après l’indépendance, les pays africains pour la plupart, sont encore et toujours à la recherche de leurs marques. En dépit des diverses stratégies, politiques et programmes de développement

du pain aux peuples

du pain aux peuples

appliqués çà et là avec des fortunes diverses.
Bien des fortunes personnelles, ont été bâties grâce aux subsides de la fameuse stratégie de lutte contre la pauvreté, dans bon nombre de capitales africaines. A telle enseigne que, des réformes, qui devraient en principe susciter l’adhésion des populations, sont menées dans l’indifférence générale à cause du désintérêt de populations qui ont perdu toute crédibilité en leurs hommes politiques. Eu égard la fâcheuse propension de ces derniers à utiliser la politique comme un raccourci pour s’enrichir.
Aussi, au Bénin comme ailleurs, le peuple, fatigué par les turpitudes des politiques, les promesses électoralistes sans lendemain et les interminables querelles de leadership, est à la recherche de nouveaux repères. Dorénavant, l’usure du pouvoir devient une réalité incontournable en Afrique.
Aussi, en cette fin d’année, des gouvernants doivent calmer le jeu et rechercher des alternatives beaucoup plus crédibles et constructives pour la reconquête de peuples blasés, usés par plusieurs décennies de rhétorique stérile.
Conscient des limites de certaines réformes initiées sous le changement au cours de son premier mandat, au Bénin, Boni Yayi cherche au cours de ce quinquennat (2011-2016), à insuffler une nouvelle dynamique. A travers un mouvement de progrès et de prospérité pour le peuple. En s’appuyant sur des réformes conjoncturelles et structurelles hardies. Un beau programme sur papier, mais qui a manifestement du mal à prendre son envol à cause des velléités d’un groupe de concitoyens qui pensent que l’actuel locataire du palais de la Marina qu’il veut user de ce stratagème pour briguer un troisième mandat, contre nature… Crise de confiance, oblige !
.A en juger par les remous suscités ces dernier temps par la mise en veilleuse du Programme de vérification des importations économiques (Pvi) Nouvelle formule et les rebondissements dans de nombreuses affaires qui ne sont pas à l’avantage de l’Exécutif, suite à des décisions de justice controversées, le pouvoir gagnerait à calmer le jeu et à donner les gages suffisants de sa bonne foi au peuple souverain. Avant de procéder aux réajustements nécessaires et inévitables pour asseoir une véritable politique de développement. Il y va de sa crédibilité et de sa stabilité en ces temps de morosité économique généralisée. Car, in fine, les aspirations profondes des peuples peuvent se résumer en trois choses, sous tous les cieux: du pain, des conditions d’existence et de travail meilleures. Bonne fête de Noël et mes vœux les meilleurs pour 2013.

The following two tabs change content below.
babylas25
Amateur de voyages, de grands reportages, inconditionnel des réseaux sociaux, le continent africain m'inspire tout particulièrement dans ma démarche journalistique. J'aspire à mieux comprendre les hommes et les structures qui les portent. Installé depuis quelques années à Johannesburg en Afrique du Sud, je me bats aux côtés de la diaspora africaine pour des lendemains meilleurs...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *