université d'Abomey-Calavi
Galerie

L’emploi des jeunes, une équation insoluble au Bénin

Malgré la volonté des autorités l’emploi des jeunes reste une équation impossible à résoudre. 

 Après son master en entomologie appliquée, option entomologie agricole à l’université d’Abomey Calavi, François cherche les portes de sortie en vue d’assumer sa survie et celle de sa petite famille. En dépit des expériences acquises dans quelques structures de la place, il ne sait ce que l’avenir lui réserve. Ce dilemme, beaucoup de jeunes le vivent et il pose le problème de l’emploi au Bénin.

 

A la sortie des écoles, des universités et des centres de formation, plusieurs jeunes prennent d’assaut les entreprises et structure de la place, en quête d’emploi ou de stage, sans succès, hélas ! Pour un recrutement de dix, vingt ou parfois trente employés, plus de cinq mille dossiers sont recensés. La question du chômage et du manque d’emploi se pose de jour en jour avec acuité au sein de la jeunesse.

Les gouvernants pour résoudre cette équation insoluble ont créé plusieurs structures d’accompagnement notamment l’Agence nationale pour l’emploi, le Fonds national pour l’emploi des jeunes, le Crédit pour emploi des jeunes. En dépit des incessants va et vient des responsables de ces structures circuler dans de rutilantes 4X4 et autres grosses cylindrées, la situation de l’emploi des jeune est demeurée la même.

Promotion de l’emploi des jeunes

« Pour l’emploi, fédérons les énergies ». C’est le thème de la quinzaine nationale pour l’emploi initiée par le Ministère chargé de la  microfinance, de l’emploi des jeunes et des femmes. A travers cette initiative l’orientation, le suivi et les opportunités sont donnés aux jeunes en quête d’emploi. Il est à noter que bon nombre d’initiatives sont prises par l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe) dans le cadre de sa mission en ce qui concerne la recherche d’emploi pour les jeunes. Partant de Cotonou, différentes antennes sont créées pour atteindre les jeunes des autres localités du pays. Outre ces créations, l’organisation des formations et la quinzaine nationale pour l’emploi, témoignent de la volonté  des divers acteurs de la chaîne à œuvrer pour la sortie de chômage des jeunes. « La facilitation d’une intermédiation entre l’offre et la demande d’emploi, d’appui conseil, de propositions des potentialités d’emplois en milieux urbains, périurbains, etc. » sont entre autres les engagements pris par Didier Maixent Djeigo, directeur de l’Anpe.

Quant à la présidente de l’Association mondiale des services d’emplois publics, Mme Angeles Bermudez-Svankvist, elle estime que, les acteurs publics doivent travailler continuellement pour  résoudre la question cruciale de l’emploi. Pour cause, « 1/5 des enfants quittent les écoles sans qualification …67 millions d’emplois doivent être créés pour régler la question de l’emploi dans le monde … 7 à 10 millions de jeunes entrent sur le marché de l’emploi en Afrique et à peine 10 % y trouvent d’emploi », fait-elle comprendre. La fédération des énergies en vue de trouver une issue pour l’emploi des jeunes et des femmes reste donc primordiale. Certains paramètres bouleversent les demandeurs d’emploi malgré cette volonté plus ou moins manifeste des décideurs dans leur combat au service de l’emploi des jeunes.

Le chômage des jeunes trouve une issue dans l’inadéquation des formations et l’emploi.

 

Galerie

Une radio qui facilite la vie aux étudiants

Les étudiants de l’université d’Abomey-Calavi sont soulagés par des initiatives qui réduisent le coût des études sur le campus.

« La construction des amphis n’est pas une affaire de 20 ou 30 millions, il faut des centaines de millions de francs Cfa », confie Abou Youssou, chef du service de gestion des emplois du temps et de la programmation des infrastructures pédagogiques à l’Université d’Abomey-Calavi. Aussi, face à l’insuffisance des ressources, l’équipe rectorale, pour garantir un meilleur cadre d’étude, a opté pour une autre dynamique : la retransmission des cours sur Radio Univers, la station de l’université pour permettre aux étudiants des filières à effectif pléthorique, de suivre les cours sans avoir accès à l’amphithéâtre.

Une initiative originale dont l’incidence financière est moindre, au regard des investissements à faire pour construire de nouveaux bâtiments. L’objectif de la nouvelle équipe rectorale,  en place depuis décembre 2011, est d’œuvrer constamment à l’amélioration des conditions d’études. En effet, à la rentrée 2011-2012, l’effectif des étudiants était évalué à 67 mille, et cette année, 80 mille étudiants sont attendus. L’effectif  va croissant tous les ans. C’est pour cela que les autorités en charge de l’Université d’Abomey-Calavi doivent réfléchir sur les voies et moyens d’améliorer les conditions d’études des étudiants. Cette initiative qui consiste à diffuser certains cours par la radio afin de permettre à aux étudiants de pouvoir les suivre dans de meilleures conditions, est une première selon le directeur de Radio Univers, Djamal Dine Tidjani. Qui précise que, l’équipement acquis pour la mise en œuvre de ce projet permettra de faire écouter la radio sur 60 kilomètres à la ronde. Pour le vice recteur de l’Uac, « la diffusion des cours sur Radio Univers permettra de suivre des cours à partir du jardin universitaire ou des habitations. Ce qui décongestionnerait un peu  les amphithéâtres à effectif pléthorique ».  Tout en réduisant les dépenses journalières des étudiants sur le campus.

D’ou vient cette initiative?

D’après le vise recteur « le projet part du constat que chaque année, il y a un flux d’étudiants qui vient à l’université et qu’on arrive plus à contenir. Le plus grand amphi que nous avons à l’université prend en tout mille places, et il n’y en a que trois. Alors que nous avons des effectifs de 3000 à 6000 étudiants par amphi et il faut que tout le monde fasse cours. Quand bien même l’effectif n’est jamais au complet, ceux qui arrivent dépassent 2000 et la plupart reste au dehors ». Cette difficulté fait que les étudiants végètent dans l’incertitude, chaque fois qu’ils partent de leur maison. « C’est une avancée puisque parfois, j’hésite à venir au cours puisque je viens des fois sans suivre les cours à cause du non accès à l’amphi alors que j’ai dépensé pour prendre de taxi moto et je dois aussi manger », dira Stéphanie étudiante en deuxième année des Sciences économiques. Faire les études à l’université n’est pas réservé à tout le monde. « Moi je n’ai pu continuer mes études universitaires parce que je n’ai pas de soutien. J’ai déjà trop souffert au secondaire », nous confie Francis, reconverti en vendeur de cartes de recharge. Pour Roberto, « lorsque j’étais en deuxième année de géographie, je viens au cours quand je veux. Puisque je viens parfois et soit c’est le professeur qui n’est pas là soit il n’y a pas de place pour suivre les cours. Si je dois perdre de l’argent chaque jour alors que je n’en trouve pas assez, je choisis ce qui m’arrange, mais je fais tout pour recopier les cours chez des camarades ».

Au cours de l’année estudiantine 2011-2012, les étudiants inscrits en première année des sciences juridiques avoisinent Sept mille. Ce qui pose d’abord un problème crucial en ce qui concerne le désengorgement de l’université d’Abomey-Calavi. C’est donc pour résoudre ces problèmes que l’équipe rectorale a pensé utile.  Mais il faut aussi souligner qu’au vu de cet effectif pléthorique, certains enseignants préfèrent recourir aux supports de cours.

Et c’est en cela que se justifie la vocation de ces professeurs commerçants  qui par la force des choses deviennent des concepteurs de fascicules. In fine les étudiants passent tout le temps de leur formation à s’abonner à l’éternel achat de ces supports de cours.

Président du patronat béninois
Galerie

Le retour du patronat béninois vers les fondamentaux

L’enlisement du Conseil national du patronat béninois relève aujourd’hui du passé. Depuis quelques années, l’organisation patronale béninoise s’illustre dans des débats économiques du pays remettant ainsi l’entreprise au cœur des enjeux de développement. Un leadership gagnant somme toute.

« Pour un véritable développement de notre pays, beaucoup restent à faire au niveau de l’environnement économique qui doit être propice aux affaires. Si l’on convient que les entreprises sont créatrices de richesses et génératrices d’emplois, on comprend qu’il faille promouvoir les meilleures conditions de vie et de survie aux entreprises ». Son franc-parler et sa manie à vouloir toujours bouger les lignes de l’immobilisme sont, à n’en point douter d’un secours inextricable pour l’entreprise au Bénin. Depuis qu’il a pris les rênes du Conseil national du Patronat, en décembre 2006, Sébastien Ajavon s’emploie avec beaucoup de foi et de leadership à redorer le blason de cette structure longtemps affectée par un déficit de visibilité. Alors qu’il était censé représenter le creuset idéal de réflexion et une force de propositions pour le développement du secteur privé, le CNPB s’est longtemps mué dans une léthargie qui a, de fait, conféré à la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin, le rôle de principal animateur de la vie économique du pays et l’unique interlocuteur des opérateurs économiques au Bénin. Mais aujourd’hui, la tendance semble s’inverser même s’il est encore trop tôt d’affirmer que le patronat a complètement recouvré ses vrais attributs.

En réalité, le CNPB a pour vocation de développer  l’activité entrepreneuriale et de promouvoir les relations saines et équilibrées avec les partenaires sociaux et les pouvoirs publics, en œuvrant à l’amélioration de l’environnement de l’entreprise par des actions de plaidoyer et de participation efficiente à l’élaboration et au suivi des politiques économiques et sociales. Cette vocation a inspiré cette vision de « constituer un creuset d’entreprises représentatif au sein duquel se renforce et se développe la confiance mutuelle entre les membres par l’incitation au travail en réseau (local, national, régional, international) et la mise en œuvre de solutions appropriées pour relever les défis qu’appelle une économie nationale dynamique et prospère. ».

Les défis qui sont aujourd’hui ceux des entreprises béninoises, dans un contexte d’ouverture brutale des marchés exigent donc que les acteurs du secteur privé resserrent les rangs pour mieux peser dans les actions de lobbying pour améliorer le climat des affaires et les rendre par ricochet plus compétitives. Du coup, le nouveau credo du Conseil national du patronat se décline en cette volonté de créer les conditions les plus favorables pour préparer l’avenir, d’animer le débat sur de nombreux enjeux économiques et sociaux. En un mot : « Un mouvement au service des entreprises, un partenaire privilégié des décideurs et des pouvoirs publics, un partenaire essentiel du dialogue social ».

« L’administration béninoise est lente, lourde, dotée de procédures compliquées, bref, nous ne sommes pas face à une administration de développement qui peut accompagner », a l’habitude de marteler Sébastien Ajavon. Le combat que mène aujourd’hui le patronat tourne autour de la reconnaissance de l’entreprise comme moteur de la croissance et levier essentiel du développement. Aussi, s’illustre-t-il, aujourd’hui plus que par le passé, dans le débat sur la problématique de la fiscalité de développement, du changement des mentalités ainsi que celle relative à une gouvernance favorable à l’éclosion d’un secteur privé dynamique et compétitif. En tant que membre du groupe de travail du secteur privé sur la fiscalité, le CNPB s’emploie aux côtés d’autres acteurs à conscientiser les pouvoirs publics sur la nécessité de placer l’entreprise au cœur de la politique budgétaire de l’Etat. Et lorsque le patronat évoque la gouvernance, il n’occulte pas la remise en question des entreprises elles-mêmes. « Le management et la gouvernance de l’entreprise sont avant tout une question d’organisation et de participation du personnel à la réalisation des objectifs. Il faut coordonner une gestion des hommes, de la finance, des investissements et des matériels vers la réalisation des objectifs fixés et connus de tous ». Lentement mais sûrement le Conseil national du patronat du Bénin renoue avec les fondamentaux d’une organisation patronale, à travers un leadership efficace et un réseau relationnel qui porte aujourd’hui mieux l’organisation dans la communauté des affaires en Afrique et dans le monde.

véhicules d'occasion au Bénin
Galerie

Le commerce déclinant des véhicules d’occasion au Bénin

Gros contributeur aux recettes douanières béninoises, le secteur des véhicules d’occasion connaît ces dernières années des difficultés liées notamment à la chute de la demande en provenance du Nigeria. Un souci réel pour le trésor public béninois foncièrement affecté par la chute du trafic de ces véhicules communément appelés « Venus de France ».

Continuer la lecture

essence de contrebande
Galerie

Le micmac de l’essence de contrebande ‘‘kpayo’’

L’essence de contrebande communément appelé « kpayo » au Bénin fait toujours parler d’elle. En dépit des efforts du gouvernement  d’éradiquer la commercialisation de ce produit préjudiciable à l’économie nationale, l’essence frelatée a toujours pignon sur rue, requinquée par l’impuissance des autorités politico-administratives et la complicité de ses consommateurs.

Le visiteur qui débarque pour la première fois à Cotonou est tout d’abord frappé par deux choses : les motocyclistes en uniformes jaunes, communément appelés Zémidjan ou taxi-motos, et la vente de l’essence frelatée au bord des trottoirs. Si les deux phénomènes trouvent leur essence dans la réponse sociale au marasme économique des années 1980, les effets néfastes de la vente illicite de l’essence frelatée sur l’économie et la sécurité des populations ont souvent dicté aux gouvernements successifs l’obligation de lui livrer une guerre sans merci. Mais le lobbying politique qui encadre l’activité et son poids dans l’économie informelle du pays ont souvent obstruée les initiatives gouvernementales. Profitant du prix relativement bas de l’essence au Nigeria, pays producteur du pétrole qui subventionne le carburant, les trafiquants importent souvent ce produit par la voie de la contrebande, créant ainsi de la concurrence déloyale au marché formel. Une récente étude de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Sonacop) l’atteste à merveille. Le ‘‘kpayo’’ qui emploie environ 50 000 personnes, alimente plus de 85% du réseau de distribution de l’essence, avec un chiffre d’affaires annuelle compris entre 600 et 700 milliards de francs CFA qui échappent complément au fisc. Plus de 120 millions de litres d’essence frelatée sont vendus chaque jour au Bénin au bord des voies contre seulement 1,5 millions de litres par jour dans les stations services, confie Donald Eme­ran, directeur général de la Société pétrolière Mrs. Si des milliers de Béninois en profitent dans la mesure où l’activité permet au consommateur national d’avoir de l’essence à bas prix, le commerce illicite de l’essence crée d’énormes manques à gagner à l’Etat, des pertes d’exploitation aux compagnies agréées et des précédents environnementaux et sécuritaires graves du fait des mauvaises conditions de transport et de vente du produit. Les pertes fiscales de l’Etat sont évaluées à plus de 175 milliards de francs CFA par an.

beafrique
Galerie

Benafrique, solution mi-figue mi-raisin pour le transport urbain

beafrique

Des passagers entrant dans un bus Benafrique à Cotonou

Le trafic à moindre coût des populations est désormais facilité dans la capitale économique du Bénin avec l’effectivité du transport en commun.

L’horloge indique neuf heures locales. Nous sommes à Bidossèssi, dans la commune d’Abomey – Calavi. Au point habituel, un bus en stationnement. Quinze minutes plus tard, le départ est pris pour Cotonou, avec trois passagers à bord du véhicule. Quelques dizaines de mètres après, la première escale où deux autres passagers rejoignent l’équipe. Au niveau de l’Université d’Abomey – Calavi, à notre étonnement. A peine le bus arrêté, une quarantaine d’étudiants attendant impatiemment se bousculent pour se trouver une place, assis ou debout. Direction Dantokpa, avec la soixantaine de passagers. Trois cent à quatre cent mètres plus loin, une nouvelle escale pour ne prendre qu’un seul voyageur. Malgré l’ambiance mesurée dans le bus, seul le souci de la destination se lisait presque sur tous les visages. Le bus, lui, d’arrêt en arrêt, continue de rouler. Ce qui n’égaye point, puisque tous déplorent la lenteur du trajet. Car c’est après quarante cinq minutes de route que le bus arrive à destination.

Un trajet fatiguant

« Nous faisions souvent trois, quatre ou cinq au plus dans le bus dès les débuts. Aujourd’hui, nous nous agglutinons dedans alors que le nombre de places assises est limité », annonce un passager du bus. C’est la preuve que la population commence par s’y intéresser de plus en plus, comme l’explique un des contrôleurs d’un bus Benafrique. En explorant tous les axes reliés par Benafrique, les lignes Abomey-Calavi – Dantokpa d’une part et Ekpè – Dantokpa d’autre part restent des plus intéressées, comparées aux trois autres tronçons. L’arrivée tardive des bus notamment ceux devant desservir Ekpè est souvent source de désolation pour de nombreux passagers. « J’attends le bus depuis plus de quarante cinq minutes », se lamente Romain à bout de souffle. Approché, un contrôleur visiblement dépassé par les plaintes tente de s’expliquer : « les bus qui font l’axe Ekpè – Dantokpa accusent quelques fois des retards à cause du poste de péage de la localité. Aussi, en cas d’embouteillage, les bus mettent- ils beaucoup plus de temps  pour atteindre leur destination. Conséquence directe de cette situation : les populations préfèrent les minibus à ce nouveau mode de transport, bien qu’il soit soulageant compte tenu de son tarif. Selon une habituée du bus, le temps n’est pas gagné en le prenant. De l’Université d’Abomey – Calavi à Dantokpa, mis à part les escales prévues par les autorités, les descentes et les entrées sont fréquentes compte tenu de la destination de chacun des passagers. Ce qui fait que le temps du trajet est long. L’autre problème décrié est relatif aux axes PK14, Fidjrossè et Agla au regard de la non affluence. Selon des sources proches de la compagnie, les axes en question font plus ou moins cent cinquante passagers par jour contrairement au tronçon d’Abomey -Calavi, qui avoisine les cinq cent passagers. Néanmoins, selon les conducteurs habitués à cet axe, les gens s’intéressent de mieux en mieux, mais surtout dans la soirée.

Intérêt pour les passagers

S’il est vrai que la durée du trajet, les réticences dans le rang des voyageurs justifient le moindre coût de transport pratiqué par Benafrique par rapport aux autres modes de transport. Au lieu de payer entre 250 et 500Fpour rallier Calavi et Dantokpa, ils préfèrent débourser 200F, surtout en cette période de cherté de la vie. L’autre atout est que le bus est plus sécurisant. De même, Marc, un des passagers de l’axe PK14, y voit un aller – retour continu. Car, révèle – t – il, « le seul fait de mener à chaque moment la ronde sans mettre assez de temps constitue déjà un avantage ». Pour la plupart des étudiants, ce nouveau moyen permet de ne plus avoir peur de rater les bus du campus et surtout que l’heure de démarrage des bus du campus ne coïncide pas toujours avec la sortie des cours. « Je préfère prendre les bus Benafrique que d’attendre celui du campus. Parfois je sors du cours et il faut rester à attendre pendant des heures », confie Ulrich, étudiant en Sociologie.Benafrique reste un transport qui soulage un tant soit peu les riverains de leurs axes. Ceux qui sont les plus intéressés sont les étudiants. A preuve, c’est surtout sur leur axe que les bus en direction de Dantokpa trouvent assez de passagers. L’autre axe reliant Dantokpa à Ekpè transporte non seulement des étudiants allant à Akpakpa, mais aussi les travailleurs des parcs de vente de véhicules d’occasion du port sec érigé dans ladite localité. Viennent ensuite les habitués du marché Dantokpa. En dépit des difficultés de début d’exploitation, les conducteurs et les percepteurs ne s’inquiètent guère sur l’espoir de trouver de plus en plus de clients puisque selon eux, les Béninois n’étaient aucunement habitués à ce genre de moyen de transport. Néanmoins, ils ne restent pas optimistes quant à une éventuelle fin de contrat les liant aux promoteurs, puisqu’il s’agit d’une structure privée qui voudrait élever son chiffre d’affaires au quotidien.

Galerie

Des efforts pour combattre en vain un trafic illicite

Février 2009. Une série d’incendies occasionnés coup sur coup par des transporteurs en vrac de l’essence frelatée ou ‘‘kpayo’’ fait beaucoup de morts à Cotonou. Pour un Etat qui se respecte, on ne saurait tolérer cette activité informelle, qui plus est, constitue une menace constante d’insécurité pour la population.

Le gouvernement profite alors de la baisse du cours du brut sur le marché international pour passer à l’attaque. Pour marquer son volontarisme, il fait passer le prix de l’essence à la pompe de 485 à 350 francs. Mais de l’autre côté, les revendeurs du ‘‘kpayo’’ font passer également le litre à la table à 325 francs CFA, voire 300, le marché nigérian, l’unique source d’approvisionnement s’étant arrimé à la tendance baissière du marché international. Commence alors une guerre de représailles sans merci engagée par le ministre en charge de l’Intérieur pour nettoyer les ‘‘Koweït ci­ties’’ (dépôts clandestins d’essence).

Pour montrer leur force de frappe, les acteurs du ‘‘kpayo’’ déclenchent une grève générale d’une semaine. Les conséquences sont apparues tout de suite : longues filles d’attente, pénurie dans les stations-services à Cotonou. Dans d’autres villes du pays où les stations services ont fermé à cause de la concurrence déloyale du ‘‘kpayo’’, la situation est encore plus épouvantable. En quelques jours, la lutte que menait le ministre de l’Intérieur est devenue comme une tempête dans un verre d’eau. Mais, en lançant son opération coup de poing, le gouvernement savait pertinemment qu’il n’avait pas les moyens de sa politique. Car, il n’est pas à son premier coup. En 2006, la même opération s’est soldée par un fiasco. L’Etat avait été obligé de ramener ces acteurs de l’informel à la table des négociations, avec à la clé des promesses de reconversion et de facilités pour créer des micro-stations. Pour les revendeurs, qui sont bien conscients des dégâts que causent leurs activités, le gouvernement ne doit s’en prendre qu’à lui-même pour n’avoir pas respecté ses propres engagements. Aucun plan cohérent de reconversion n’a été concocté, en dépit des multiples séances de travail qu’ils ont eu avec le ministre en charge du commerce et son homologue de la micro-finance. Quand aux stations trottoirs, l’idée a été récupérée par des opérateurs économiques au détriment de ceux pour qui le concept a été promu. Aucun revendeur n’a pu installer une seule mini-station. La suite, on la connaît.

Le salut viendra-t-il du Nigeria ?

Les spécialistes du secteur sont unanimes à reconnaître que la solution au problème du ‘‘kpayo’’ viendra sans aucun doute du Nigeria. La thèse s’est confirmée, il y a seulement quelques mois. Le 1er janvier dernier, le gouvernement fédéral nigérian a annoncé la fin des subventions sur le carburant. «Les fournisseurs du secteur pétrolier devront désormais fournir des produits et les vendre en accord avec le prix de référence qui sera publié dans les deux semaines sur le site Internet de l’Agence de régulation des prix des produits pétroliers du Nigeria (PPPRA) », indique dans un communiqué de cette agence gouvernementale. Le souci de l’Etat fédéral de mettre fin à ces subventions qui existent depuis des décennies est de dégager des fonds sur les revenus pour améliorer les infrastructures du pays. En 2011, la mesure de subvention lui a coûté plus de 8 milliards de dollars, soit environ 400 milliards de francs CFA. Du coup, le litre d’essence à la pompe a été livré à 140 naïra (environ 500 francs CFA), contre 65 naïra (environ 230 francs CFA), le prix subventionné.

La nouvelle qui a déclenché déjà la fronde sociale du côté de Lagos n’a pas épargné le marché illicite de l’essence au Bénin. Une inflation galopante s’est emparée du prix du ‘‘kpayo’’ qui est passé de 300 à 800 voire 900 francs le litre à Cotonou. Mais après une semaine de grève générale ponctuée de manifestations de rue d’une violence inouïe dans les principales villes du pays, l’Etat fédéral nigé­rian annonce sa décision de réduire de 30% le prix de l’essence à la pompe. Au Bénin, le ‘‘kpayo’’ reprend un léger souffle avec un niveau de prix un peu plus proche de la livraison à la pompe. Mais ce sursis du ‘‘kpayo’’, aux dires des spécialistes ne saurait perdurer d’autant que le Nigeria tient à préserver sa côte auprès des agences de notation qui lui ont relevé sa perspective, au travers des réformes hardies engagées par le président Goodluck Jonathan. Le processus d’assainissement du secteur pétrolier nigérian va donc induire deux conséquences sociales graves au niveau du Bénin. Au-delà de la pression qui va s’exercer sur le prix de l’essence, il s’agira d’abord de compenser, à court terme, le vide que laisserait le commerce du ‘‘kpayo’’ au cas où l’importation frauduleuse à partir du géant de l’Est ne serait pas rentable. Aujourd’hui, le taux de pénétration des stations services dans le pays reste encore faible. L’autre défi, c’est la reconversion des milliers de personnes qui s’adonnent à la vente de l’essence frelatée. Pour l’instant, on n’en est pas encore là. Mais la réflexion mérite d’être engagée.

 

Président Boni Yayi du Bénin
Galerie

Les experts nationaux déclinent l’offre du juge d’instruction

La polémique enfle autour de ce qu’il convient d’appeler désormais, l’affaire de la présumée tentative d’empoisonnement du président Boni Yayi, un dossier qui n’en finit pas de faire des vagues. Et pour cause.

L’affaire vient de prendre une nouvelle tournure. En effet, contactés par le juge d’instruction en charge du dossier et recommandés par certains milieux internationaux avertis de leurs compétences, certains professeurs d’université commis pour vérifier le degré de toxicité des médicaments qui devraient être administrés pour « empoisonner » le président Boni Yayi viennent d’écrire au juge d’instruction pour décliner l’offre. En lui suggérant de saisir les laboratoires médicaux internationaux pour juger de la qualité des produits incriminés.

Qu’est-ce qui peut bien expliquer l’attitude de ces experts ? Difficile de répondre à cette question à l’heure actuelle. Mais ce qui est sûr, c’est qu’après cette épisode, d’autres suivront. Puisque que l’affaire, actuellement à l’instruction, n’a pas encore livré tous ses secrets. Comme le disent si bien nos voisins du Nigeria en de pareilles circonstances, «wait and see».

Ministre du Travail et de la Fonction Publique (MTFP) du Bénin
Galerie

Vers une rémunération plus équitable dans le public

Le système de rémunération dans l’administration publique nationale est sujet à des insatisfactions, aussi bien du côté des travailleurs, du gouvernement que des partenaires techniques et financiers.

L’étude sur le système de rémunération dans la fonction publique nationale lancée le 19 juillet 2011 vise à promouvoir une meilleure allocation des ressources budgétaires. Elle se propose aussi «d’accroître l’équité dans la rémunération et à mettre en place un système qui permet de motiver les agents de l’Etat et de fixer certaines compétences dans la fonction publique». Dans une approche participative, cette étude conduite avec l’implication de toutes les parties prenantes, est assurée par le cabinet Afrique conseil et Africa label group sur financement du Royaume des Pays-Bas. L’état des lieux qui en résulte « révèle les dysfonctionnements relatifs à l’absence d’une gestion moderne des ressources humaines, à la mauvaise gouvernance du système et à l’insuffisance de la gestion prévisionnelle ». Toute chose qui ne manque pas de conséquence. Entre autres «la non maîtrise des effectifs des agents de l’Etat, l’évolution de la valeur du point d’indice souvent en retard sur celle de l’indice des prix à la consommation, le système de rémunération basé sur une grille indiciaire datant de 1985 et bâti à partir de niveaux de qualification dépassés, les primes et indemnités créées dans une anarchie et une opacité totales».

Quand on sait que de 2007 à 2011, le montant total des primes et indemnités payées est de 105.003.076.324 de francs CFA. Dans le même sillage, la masse salariale globale a progressé de 80,6 milliards en 2001 à 225,8 milliards de francs CFA  en 2010, soit une progression annuelle moyenne de 18%. Sur cette même période, le ratio masse salariale sur recettes fiscales est passé de 31,74% à 42,6%, dépassant ainsi le seuil de 35% fixé par l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Face à un tel tableau, force est de reconnaître l’inadéquation du système de rémunération en vigueur dans la fonction publique pour pourvoir à brève échéance à son amélioration. Dans l’intérêt et son environnement ne sont plus satisfaisants pour les des travailleurs, de l’employeur et des autres parties prenantes du système que sont la société civile, les collectivités locales, les partenaires techniques et financiers.

Salia Sanou en action
Galerie

Dansons maintenant

Sous le parrainage du chorégraphe burkinabé Salia Sanou et en partenariat avec l’Institut français du Bénin, la Fondation Zinsou a procédé au lancement de la deuxième édition de son programme sur la danse contemporaine «Dansons maintenant », le 10 novembre 2012.

On s’en souvient, la première édition de cette manifestation, qui s’est déroulée autour du travail du célèbre photographe Antoine Tempré d’avril à juin 2011 à Cotonou au Bénin, a drainé plus de 110.000 visiteurs. La danse contemporaine a conquis le public béninois. Au cours d’une rencontre magique inattendue entre un art majeur peu connu et un public transporté par ce voyage chorégraphique. Découverte du corps, du mouvement et de l’espace, au-delà de notre vision académique du « beau ».

La Fondation Zinsou n’a pas vocation à présenter des spectacles d’arts vivants. Mais face à l’engouement du public, face à ce vif succès, il était fondamental de donner une place, de donner sa place à la danse contemporaine à Cotonou au Bénin.

Ainsi, du 10 novembre au 8 décembre, le public de Cotonou et ses environ pourra revisiter la danse contemporaine à travers des créations chorégraphiques d’exception sous-tendu par des ateliers projets pour amateurs, professionnels et les enfants.

L’institut français du Bénin affiche avec ce partenariat, une fervente volonté d’aller à la rencontre des artistes en les accompagnant dans leur création afin d’ »extraire » la danse contemporaine de l’anonymat de la rue pour la projeter sur la scène publique oubliant les diktats de la programmation festivalière professionnelle.

Proposant un des rares plateaux techniques professionnels du Bénin, l’Institut français du Bénin par cette collaboration avec la Fondation Zinsou, permet d’offrir aux danseurs et au public, des conditions optimales pour sublimer cette rencontre avec la danse contemporaine. Pour la circonstance, huit compagnies de danse africaines et européennes enchanteront les spectateurs en valorisant leurs imaginaires, libres de sentir et de définir ou redéfinir leurs émotions.